Beauté, Cuisine

Un petit point autour du BIO

Et ça, c’est éco-nomique, logique?!!!

Ce week-end (bon à l’heure où j’édite, ça fait des lustres!), on invite avec Doumi tous nos amis à la maison. C’est monsieur qui s’occupe de faire les courses et de préparer un apéro plutôt simple et surtout plutôt sain (champignons frais, dés de fromage, cubes de tomates, jambon au tartare, etc…).

Et là, un de mes amis me taquine sur mon obsession du bio/naturel, que ce soit en cosmétique ou en nourriture… Je devrais donc me justifier? ou pas … mais je lui dois quelques explications pour mieux comprendre pourquoi je cherche à consommer de plus en plus de bio ou de produits naturels.

Je n’ai pas la prétention d’être une spécialiste, j’essaie juste de comprendre et d’adopter ce qui me parait simple et logique pour avoir une consommation un peu plus responsable. Alors oui, je roule au diesel, je m’achète des fringues fabriquées en Chine ou au Bangladesh et j’oublie souvent la lumière dans une pièce. Mais rien n’empêche de faire des efforts…

Le bio, c’est quoi?

“L’agriculture biologique est un système de production qui maintient la santé des sols, des écosystèmes et des personnes. Elle s’appuie sur des processus écologiques, sur la biodiversité et sur des cycles adaptés aux conditions locales, plutôt que sur l’utilisation d’intrants ayant des effets néfastes. L’agriculture biologique allie la tradition, l’innovation et la science au bénéfice de l’environnement commun… ” International Federation of Organic Agriculture Movements

Le bio, c’est cher?

Personnellement, pour l’alimentation, je m’organise entre les produits bio de grandes surfaces et la biocoop à 1km de chez nous. Parfois je suis surprise de voir que les produits de grandes surfaces sont 1€ plus cher au kilo que des produits de coopératives bio… C’est le cas avec le sucre, la farine, les céréales ou autres choses en vrac.

wpid-20150407_130339.jpg

Pour ce qui est de la cosmétique, j’achète mes produits de base sur Aroma Zone et le reste aussi en grande surface (shampoings, gels douche…) ou magasin bio. En fabricant moi-même mes cosmétiques, ils me conviennent mieux et j’en gaspille moins. Comme quoi, tout se compare et les idées reçues peuvent se mettre au placard. J’essaie aussi de m’améliorer pour tous les produits de nettoyage de la maison…Il existe d’ailleurs beaucoup de recettes de grand-mère sur youtube ou sur la blogosphère.

J’ai d’ailleurs fait un petit calcul pour le démaquillage sur une durée de 6 mois:

un flacon d’eau micellaire Bioderma, à 8,99€ en parapharmacie + des cotons Demak up à 2,75€ les 60. 2×8,99 + 3×2,75 = 26,23€ et encore j’ai été sympa sur les quantités de cotons et d’eau utilisés…

un flacon d’huile de jojoba à 17,50€ sur Aroma Zone et un paquet de coton lavable à 4,50€. On arrive à 22€ au total. Sachant qu’avec les 250ml de jojoba, je fabrique aussi 4 sérums de 30ml pour Doumi et moi (un jour et un nuit).

Alors NON, le bio, ce n’est pas forcément plus cher! La preuve!

Le bio, c’est vraiment mieux?

Quand je vois ce que contiennent nos cosmétiques actuels, quand tu retournes un pot de crème, le premier truc que tu vois, c’est “aqua”, tu te dis: “Quoi, j’ai payé 50€ un pot contenant 25mL d’eau?!!?” Je préfère donc fabriquer moi-même ou utiliser des éléments naturels bruts et connaitre ce que j’utilise sur ma peau ou pour me soigner (comme les huiles essentielles). D’ailleurs en abordant le côté santé, il faut savoir qu’aujourd’hui plus de la moitié des médicaments utilisés proviennent des plantes et il est donc logique me semble-t-il, de se tourner vers des éléments naturels.

wpid-20150407_130454.jpg

“Le bio, c’est un peu un truc de bobos?”

C’est vrai peut-être que le bio est à la mode depuis plusieurs années. Certains diront que c’est un truc de gauchistes pour déculpabiliser. Peut-être. Et puis faut aussi dire que comme c’est à la mode, les blogs, youtube, les marques et tout le greenwashing nous influencent surement beaucoup. Fille d’agriculteurs, je pense savoir à peu près de quoi la nature est faite et ce qui se pratique dans la vraie vie (pas celle des racoleurs d’enquête super méga spéciale trop importante où tout est accentué à souhait, et surtout à charge, non objective!).

C’est vrai que quand on voit la clientèle bio, on peut se faire certaines réflexions… Mais à la rigueur, j’assume! \o/ Je préfère essayer de faire des efforts pour l’environnement, et ne pas m’appliquer sur la tête des dérivés de pétrole et pleins de trucs digoulasses! Je vous rassure: moi aussi je rigole quand je me rends à la biocoop et que je vois tout plein de gros 4×4.

Je n’essaie pas de convaincre tout le monde de se mettre au bio/naturel. J’essaie juste de faire comprendre mon point de vue. Après chacun le sien et je ne juge personne. Il faut juste savoir être constructif et pouvoir échanger sur le sujet.

wpid-20150407_130142.jpg

Pour ceux qui souhaitent opérer à un changement de cosmétiques, je vous conseille le livre de Julien Kaibeck, “la slow cosmétique”. Il est simple, pratique et plein de recettes homemade! J’ai aussi reçu en cadeau “Se soigner au naturel toute l’année”. Le livre est écrit par un médecin en collaboration avec une journaliste. Il est articulé autour des quatre saisons et donc très facile comme guide pratique! Pour ceux qui sont déjà très à l’aise avec les compositions des produits (alimentaires ou cosmétiques), la vérité sur les cosmétiques est à la fois un livre et un site internet très abondants et très poussé. Je ne l’ai pas encore lu alors si vous avez des avis, vous pouvez bien sur les partager ici.

Je vous livre aussi quelques adresses de blogueuses que je suis aussi bien sur Instagram que sur YouTube:

Sur ce, bonne lecture!

 

Advertisements
Beauté, Mon vanity du moment

Un chimiste dans ta salle de bain!

Dans mon précédent post, je vous avais promis que je donnerai les recettes de mes premiers cosmétiques “maison”.

Et bien chose promise, chose due:

Nettoyant:

J’ai mis le tout dans le flacon de la base lavante, auquel j’ai ajouté une pompe adaptée.

Il faut faire particulièrement attention aux AHA (acides de fruits). Ils sont puissants et il n’est pas utile de forcer les doses pour plus d’efficacité. En fait, ils ont un pouvoir régénérant sur les cellules de la peau, avec donc un effet anti-âge. Je les utilise surtout pour diminuer mon acné tardive et pour estomper mes différentes tâches.

 

Tonique:

J’utilise tel quel le flacon d”hydrolat de pamplemousse, auquel j’ai ajouté aussi une pompe.

Sérum jour:

Pour ça, j’ai choisi de conditionner le tout dans un compte-goutte. Pour le coup, ça donne l’impression d’être un vrai petit chimiste! 😉

Sérum nuit:

J’ai introduit les AHA dans le sérum du soir puisque c’est un actif photosensible. Il ne faut donc pas l’appliquer en journée dans les crèmes ou soins…enfin pas dans quelque chose qui restera sur vous la journée. La lavande vraie, c’est histoire d’avoir une odeur plus sympa et un effet anti-septique, parce que la rose musquée, c’est pas l’odeur qu’on croit! NON NON NON! En gros, moi je trouve que l’HV de rose musquée, ça pue!

Pour conserver le sérum, je l’ai mis dans un codi-goutte vide (celui de l’algo’zinc bien nettoyé). Si je continue ce sérum, je changerai de conditionnement et rajouterai sans doute de l’acide salicylique végétal.

Pour réaliser ces recettes, je me suis aidée du site d’aroma-zone très bien fait pour toutes ces indications. Bon par contre, pour le design du site, il faudra y travailler…