Beauté, Cuisine

Un petit point autour du BIO

Et ça, c’est éco-nomique, logique?!!!

Ce week-end (bon à l’heure où j’édite, ça fait des lustres!), on invite avec Doumi tous nos amis à la maison. C’est monsieur qui s’occupe de faire les courses et de préparer un apéro plutôt simple et surtout plutôt sain (champignons frais, dés de fromage, cubes de tomates, jambon au tartare, etc…).

Et là, un de mes amis me taquine sur mon obsession du bio/naturel, que ce soit en cosmétique ou en nourriture… Je devrais donc me justifier? ou pas … mais je lui dois quelques explications pour mieux comprendre pourquoi je cherche à consommer de plus en plus de bio ou de produits naturels.

Je n’ai pas la prétention d’être une spécialiste, j’essaie juste de comprendre et d’adopter ce qui me parait simple et logique pour avoir une consommation un peu plus responsable. Alors oui, je roule au diesel, je m’achète des fringues fabriquées en Chine ou au Bangladesh et j’oublie souvent la lumière dans une pièce. Mais rien n’empêche de faire des efforts…

Le bio, c’est quoi?

“L’agriculture biologique est un système de production qui maintient la santé des sols, des écosystèmes et des personnes. Elle s’appuie sur des processus écologiques, sur la biodiversité et sur des cycles adaptés aux conditions locales, plutôt que sur l’utilisation d’intrants ayant des effets néfastes. L’agriculture biologique allie la tradition, l’innovation et la science au bénéfice de l’environnement commun… ” International Federation of Organic Agriculture Movements

Le bio, c’est cher?

Personnellement, pour l’alimentation, je m’organise entre les produits bio de grandes surfaces et la biocoop à 1km de chez nous. Parfois je suis surprise de voir que les produits de grandes surfaces sont 1€ plus cher au kilo que des produits de coopératives bio… C’est le cas avec le sucre, la farine, les céréales ou autres choses en vrac.

wpid-20150407_130339.jpg

Pour ce qui est de la cosmétique, j’achète mes produits de base sur Aroma Zone et le reste aussi en grande surface (shampoings, gels douche…) ou magasin bio. En fabricant moi-même mes cosmétiques, ils me conviennent mieux et j’en gaspille moins. Comme quoi, tout se compare et les idées reçues peuvent se mettre au placard. J’essaie aussi de m’améliorer pour tous les produits de nettoyage de la maison…Il existe d’ailleurs beaucoup de recettes de grand-mère sur youtube ou sur la blogosphère.

J’ai d’ailleurs fait un petit calcul pour le démaquillage sur une durée de 6 mois:

un flacon d’eau micellaire Bioderma, à 8,99€ en parapharmacie + des cotons Demak up à 2,75€ les 60. 2×8,99 + 3×2,75 = 26,23€ et encore j’ai été sympa sur les quantités de cotons et d’eau utilisés…

un flacon d’huile de jojoba à 17,50€ sur Aroma Zone et un paquet de coton lavable à 4,50€. On arrive à 22€ au total. Sachant qu’avec les 250ml de jojoba, je fabrique aussi 4 sérums de 30ml pour Doumi et moi (un jour et un nuit).

Alors NON, le bio, ce n’est pas forcément plus cher! La preuve!

Le bio, c’est vraiment mieux?

Quand je vois ce que contiennent nos cosmétiques actuels, quand tu retournes un pot de crème, le premier truc que tu vois, c’est “aqua”, tu te dis: “Quoi, j’ai payé 50€ un pot contenant 25mL d’eau?!!?” Je préfère donc fabriquer moi-même ou utiliser des éléments naturels bruts et connaitre ce que j’utilise sur ma peau ou pour me soigner (comme les huiles essentielles). D’ailleurs en abordant le côté santé, il faut savoir qu’aujourd’hui plus de la moitié des médicaments utilisés proviennent des plantes et il est donc logique me semble-t-il, de se tourner vers des éléments naturels.

wpid-20150407_130454.jpg

“Le bio, c’est un peu un truc de bobos?”

C’est vrai peut-être que le bio est à la mode depuis plusieurs années. Certains diront que c’est un truc de gauchistes pour déculpabiliser. Peut-être. Et puis faut aussi dire que comme c’est à la mode, les blogs, youtube, les marques et tout le greenwashing nous influencent surement beaucoup. Fille d’agriculteurs, je pense savoir à peu près de quoi la nature est faite et ce qui se pratique dans la vraie vie (pas celle des racoleurs d’enquête super méga spéciale trop importante où tout est accentué à souhait, et surtout à charge, non objective!).

C’est vrai que quand on voit la clientèle bio, on peut se faire certaines réflexions… Mais à la rigueur, j’assume! \o/ Je préfère essayer de faire des efforts pour l’environnement, et ne pas m’appliquer sur la tête des dérivés de pétrole et pleins de trucs digoulasses! Je vous rassure: moi aussi je rigole quand je me rends à la biocoop et que je vois tout plein de gros 4×4.

Je n’essaie pas de convaincre tout le monde de se mettre au bio/naturel. J’essaie juste de faire comprendre mon point de vue. Après chacun le sien et je ne juge personne. Il faut juste savoir être constructif et pouvoir échanger sur le sujet.

wpid-20150407_130142.jpg

Pour ceux qui souhaitent opérer à un changement de cosmétiques, je vous conseille le livre de Julien Kaibeck, “la slow cosmétique”. Il est simple, pratique et plein de recettes homemade! J’ai aussi reçu en cadeau “Se soigner au naturel toute l’année”. Le livre est écrit par un médecin en collaboration avec une journaliste. Il est articulé autour des quatre saisons et donc très facile comme guide pratique! Pour ceux qui sont déjà très à l’aise avec les compositions des produits (alimentaires ou cosmétiques), la vérité sur les cosmétiques est à la fois un livre et un site internet très abondants et très poussé. Je ne l’ai pas encore lu alors si vous avez des avis, vous pouvez bien sur les partager ici.

Je vous livre aussi quelques adresses de blogueuses que je suis aussi bien sur Instagram que sur YouTube:

Sur ce, bonne lecture!

 

Advertisements
Cuisine, Home

Les petits bonheurs de la vie

image

Il y a des matins comme ça… Tu te réveilles dans ton appartement (parce que oui tu viens de sauter le pas avec Doumi). Tu te prépares un bon petit déjeuner. Tu écoutes Norah Jones. Et tu prends ton temps.
Moi j’appelle ça les petits bonheurs de la vie.
Et heureusement qu’on s’en rends compte parfois.
Sur ce, bonne journée.

Recette du smoothie sur vitaminé:

– 1 banane coupée en rondelle
– 1 pomme coupée en petits morceaux
– 1 kiwi en lamelles
– 10 cl de jus de clémentines

On mélange le tout dans un blender et c’est prêt! Bon appétit.

Norah Jones / Feels like home

Mug vintage pastel / Maison du monde

Beauté, Cuisine, Home, Mon vanity du moment

Premiers cosmétiques maison ou l’art de faire une bonne mayonnaise!

Pour l’instant, même si je m’étais prise pour une chimiste avec mes premiers soins maison, les recettes que j’élaborais n’étaient pas bien compliquées à mettre en place.

Je suis donc passée à la vitesse supérieure grâce à ma dernière commande aroma zone. (Promis je ferais un haul de cette commande)

En plus de ma routine habituelle, j’ai voulu me fabriquer deux crèmes de soin: une pour le jour et une pour la nuit. Je me disais que la première serait plutôt utile pour traiter mon  acné tardive et la deuxième me servirait d’anti-âge.

Pour réaliser des crèmes, il ne suffit donc pas juste de mélanger des huiles végétales et huiles essentielles, mais surtout de créer une émulsion. A priori ça n’a pas l’air si simple. Mais bon, vous savez faire une mayonnaise sans robot? Et bien c’est exactement pareil!

 

Crème de jour “peau neuve”, pour 50 mL:

  • 2 cuillère à soupe d’huile végétale de pépins de raisin [A]
  • 2 c. à s. d’HV de nigelle [A]
  • 1 c. à s. de cire Olivem 1000 [A]
  • 1 c. à s. de gel d’aloe vera [B]
  • 3 c. à s. d’hydrolat de ciste [B]
  • 3 c. à s. d’hydrolat de laurier [B]
  • 5 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie [C]
  • 5 gouttes d’he de niaouli [C]
  • 5 gouttes d’he de petitgrain bigarade [C]
  • 100 gouttes d’acide salicylique [C]

Au bain-marie, faire fondre la phase [A] à feu très doux.

Dans un second récipient, faire de même avec la phase [B].

Lorsque les deux phases sont fondues, les laisser refroidir légèrement, à environ 40°.

Progressivement, ajouter ensuite la phase [B] à la phase grasse [A], tout en ne cessant de mélanger (avec un petit fouet de préférence).

Lorsque la crème a été assez mélangée et refroidie, ajouter la phase [C] pour la conservation et les actifs et mélanger de nouveau. Transvaser la crème dans un pot nettoyé. La conserver 24h au frigo pour ensuite l’utiliser.

Cette crème peut s’utiliser dans les 6 semaines suivant la fabrication. Elle est à conserver au sec et à l’abri de la lumière.

 

Crème de nuit “anti-âge”, pour 50 mL:

  • 2 cuillère à soupe d’huile végétale de rose de damas [A]
  • 1 c. à s. d’HV de pépin de raisin [A]
  • 1 c. à s. d’HV d’avocat [A]
  • 1 c. à s. de cire Olivem 1000 [A]
  • 1 c. à s. de gel d’aloe vera [B]
  • 3 c. à s. d’hydrolat de ciste [B]
  • 3 c. à s. d’hydrolat de laurier [B]
  • 5 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie [C]
  • 5 gouttes d’he de patchouli [C]
  • 5 gouttes d’he de petitgrain bigarade [C]

On opère de la même manière pour cette crème en mélangeant les différentes phases. Vous pouvez modifier les dosages d’huiles essentielles puisqu’elles ont toutes ici des odeurs assez fortes. Je pense avoir eu la main lourde sur le patchouli…

Cela fait désormais plus de 3 semaines que j’utilise cette crème et je suis vraiment contente du résultat de la crème de jour! Elle n’est pas grasse (si je n’ai pas la main trop lourde). Son odeur me convient très bien. Je la conserve au frigo, alors elle est très rafraîchissante lorsque j’ai besoin d’un petit “coup de fouet” le lundi matin par exemple. 😉

En revanche alors que j’étais fan de ma crème de nuit, j’ai eu une petite surprise. Une jolie moisissure (trop charmant!) est venue se mettre dans le pot! Alors exit la superbe crème repulpante pour le soir qui donne la peau lisse le matin! Poubelle! 😦 Pour l’instant je ne la re-cuisine pas et serais encore plus vigilante sur l’hygiène la prochaine fois. Je pense aussi que j’y ajouterais un conservateur.

Je vous rassure, je ne mets pas de moisissure sur mon visage et j’utilise désormais ma crème de jour et pour le jour, et pour la nuit.

Sur ce, passer une bonne journée!

Cuisine

Une recette pour vos amis (ou famille) du week-end!

Parfois j’ai des envies de cuisiner…parfois j’ai une flemmingite aiguë qui m’anime pendant des semaines. Mais en général, j’aime faire plaisir; et pour moi la nourriture est quelque chose qui fait toujours plaisir à partager.

Je suis plutôt du genre à aimer, que dis-je adorer (!!!) d’amour les plats salés-sucrés, même parfois je me surprends à faire des trucs que d’autres trouvent dégoutant (dixit Mum quand je mange du fleuron de canard avec de la confiture de framboise ou figues…). Il fût un temps où je cherchais d’ailleurs forcément à faire des plats “exotiques”, genre “wahou t’as vu ce que je sais faire et dont tu ne connais même pas le nom?!”. Par contre, les ingrédients sont toujours galère à trouver même avec les rayons “produits du monde” des supermarchés et on se demande toujours jusqu’où ça va nous mener en suivant des recettes bizarres… Mais bon je persévère parce que la blanquette de veau de mamie bien grasse ou les quiches en tout genre de ma mère (et bien oui on prend les recettes là où elles sont! les vraies!) sont un peu ennuyeuses redondantes je trouve.

Donc à ce qu’il paraît, je ne suis pas trop mauvaise pour préparer MA fameuse recette de poulet coco curry!!! 🙂

Je vous dévoile alors enfin comment la réaliser et les ingrédients nécessaires pour 4 à 6 personnes:

  • 6 blancs de poulet
  • 1 poivron vert
  • 1 poivron rouge
  • 2 à 3 courgette
  • 1 gros oignon
  • 1 boîte d’ananas en tranche
  • 1 brique de lait/crème de coco
  • curry madras
  • raz el hanout
  • huile d’olive
  • jus de citron frais ou en bouteille
  • sel, poivre

 

  • Faire une marinade avec les blancs de poulet, le jus de citron, l’huile d’olive, le sel, le poivre, le raz el hanout et le curry. Les quantités sont à ajustées selon le goût. Cette marinade doit immerger le poulet pendant au moins 1/2 heure. L’idéal étant une nuit.
  • Éplucher et couper l’oignon en fines lamelles. Le faire suer à la poêle ou au wok avec de l’huile d’olive.
  • Éplucher et couper en petits cubes les autres légumes (poivrons et courgettes). Les faire cuire avec l’oignon. Les légumes doivent rester le plus croquant possible.
  • A la fin de la cuisson, ajouter le lait de coco.
  • Assaisonner selon votre goût.
  • Ajouter les tranches d’ananas coupées en morceaux à la dernière minute.
  • Réserver.
  • Chauffer durement un grill, à défaut au barbeuc’, et faîtes cuire les blancs de poulet imprégnés de la marinade.
  • C’est prêt! Et c’est bon!

 

Vous pouvez présenter ce poulet en brochette pour un apéro dînatoire. Là, vous alternez 1 morceau de poulet, avec 1 de poivron, 1 de courgette et 1 d’ananas et ainsi de suite. Demandez donc l’aide des copains pour faire les brochettes.

Sinon, vous servez le tout en plat principal avec du riz basmati…

Si vous avez d’autres idées, ne pas hésiter!

Bon week-end!